Paimboeuf et Très-la-Grange

Lors de la présentation du PLU 2007, alors qu’il animait une association devenue machine de guerre, le maire actuel s’était vivement opposé à la constructibilité de cette large zone agricole et naturelle. Sitôt élu, il a diamétralement changé de posture, sans en expliquer les raisons. Tout au plus s’est-il expliqué, en réunion publique, par cette phrase énigmatique : « On m’a convaincu ». On ? Qui on ? Et pourquoi ?

A notre sens, même si le classement en 2AU avait été déjà acté (et contesté) dans le PLU de 2007, il importerait que le futur PLU remette cet ensemble paysager en zone agricole non constructible (A) plutôt qu’en zone 2AU, exposée à une urbanisation trop proche malgré les promesses verbales.

 

Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent….

François Meylan, élu maire en 2008, veut désormais accueillir 1500 logements et environ 5000 habitants  à Paimboeuf et Trèz-la-Grange. Ce qui est cocasse (et aussi un rien pitoyable), c’est qu’en 2007, lors de l’enquête du précédent PLU concocté par son prédécesseur, ce même François Meylan, alors président de l’association Ferney-à-Venir, avait écrit à un riverain que la constructibilité de ces zones serait « une catastrophe environnementale et culturelle » (Voir document ci-dessous). Seuls les imbéciles ne changent jamais d’avis, certes, mais à cette vitesse et à ce point, c’est quasiment un record !

TRANSCRITION DU DOCUMENT ORIGINAL

From: Meylan Francois [mailto:Francois.Meylan@ch.gfac.com]
Sent: mardi, 9. octobre 2007 07:55
To: xxx
Subject: RE: PLU
Bonjour,
J’ai pris note de toutes ces remarques. J’approuve notamment celles qui concernent les espaces agricoles actuels.
Ferney à Venir ne souhaite pas que le Maire de Ferney-Voltaire puisse terminer son œuvre comme il l’annonce dans les journaux, ce serait une catastrophe environnementale et culturelle.
Il faudra nous aider à lui barrer la route.
Bonne journée et à samedi.
Amicalement.
François

………………………………………………………………………………..

Questions de ce riverain

De : Lewis, David [mailto:lewis@ebu.ch] Envoyé : samedi 17 avril 2010 20:30 À : info@ferney-dans-la-rue.fr Objet : Menaces sur Ferney – pré de Paimboeuf

Ayant lu votre papier jaune sur les « Menaces sur Ferney », je suis allé à la mairie ce matin pour parler avec le commissaire d’enquête.

J’ai plusieurs questions auxquelles le commissaire n’a pas pu me donner de réponses adéquates.

1. Selon le plan, on prévoit de développer les prés dans le « long terme ».
Qu’est-ce que ça veut dire?

2. Est-ce qu’on peut vraiment construire des logements sur le pré de
Paimboeuf ? J’avais cru comprendre qu’une étude sur les nuisances sonores (…) avait conclu que les nuisances étaient telles que seules des constructions commerciales étaient possibles.

4. Est-ce qu’une petite rue d’accès depuis la rue de Genève pourrait
desservir 1.500 logements ?

J’attends vos réponses avec beaucoup d’intérêt!

—————————————————————————————————————————————-

REPONSE de Ferney-dans-la-rue

– Le long terme, cela ne veut rien dire. Seule garantie, cette zone ne pourrait être débloquée à la construction qu’après étude d’une ZAC (zone d’aménagement concerté) et vote du conseil municipal. Cependant, si la pression immobilière et la volonté de la mairie sont fortes, nul doute que ce pourrait être l’affaire de 3 ou 4 ans.

– Dès lors que le PLU sera entériné, et après établissement d’une ZAC, il sera possible de construire des logements dans ce secteur, qui se trouve au-dessus de la ligne de bruit (aéroport) instaurée par l’Etat. Lors de l’étude de ce Plan d’Exposition au Bruit, François Meylan s’était battu (avec son association Ferney-à-Venir) pour obtenir que cette ligne remonte jusqu’au niveau des rues de Meyrin et Versoix. S’il avait obtenu gain de cause, cette zone serait en effet inconstructible mais cela n’a pas été le cas. Devenu maire, il fait un choix diamétralement opposé à sa position antérieure et lorsqu’on lui en demande la raison, il répond seulement : « On m’a convaincu ». Qui est ce « on »? Mystère.

—————————————————————————————————————————————–

QUESTION

Je suis particulièrement triste de comprendre le revirement du maire (auquel j’ai aussi écrit, mais pour le moment sans réponse). Je l’ai soutenu lors des dernières élections en partie à cause de sa détermination (proclamée) de préserver les espaces verts …

Une dernière question: les décisions sur les lignes à établir, ne doivent-elles pas être prises sur la base de données scientifiques (niveau des nuisances sonores)? Sur quelle base est-ce que l’Etat a décidé sa position actuelle? (Je me souviens d’échanges sur l’étude sur le bruit lors de la dernière enquête PLU, où j’ai mis le commissaire en contact avec M. Meylan pour avoir des détails sur cette étude, dont le commissaire n’était pas au courant.) Est-ce qu’une exhumation de cette étude, ou une nouvelle étude, pourrait mettre en cause la constructibilité de ce pré pour les maisons?

—————————————————————————————————————————————–

REPONSE

Le calcul de la ligne de bruit se fait selon une procédure précise, prenant en compte toutes sortes de données techniques, y compris prospectives. Cette procédure propose ensuite différents choix politiques: faut-il protéger la population un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout ? Deux lignes étaient proposées, l’une (LDEN 57) protégeait beaucoup (ou en tout cas passablement). C’est la ligne actuelle, retenue par l’Etat, la commune, etc.
L’autre (LDEN 55) aurait protégé beaucoup plus puisqu’elle aurait interdit tout nouvel habitat jusqu’à l’axe rue de Versoix / rue de Meyrin. La plupart des institutions consultées l’ont trouvée excessive. C’était aussi mon avis mais il n’engage que moi.
Seul François Meylan, alors président de l’association qui allait lui permettre de devenir maire, était favorable à cette ligne dure, au point de la défendre officiellement par toutes sortes de voies de recours.  C’est donc en cela qu’il trahit aujourd’hui ses engagements d’hier, même si nous n’y étions pas favorables.
————————————————————————————————-

QUESTION

Merci pour ces éclaircissements. Bien sûr, je vous autorise à publier l’essentiel de notre correspondance sur le site.

P.S. Dommage que vous ayez soutenu la ligne actuelle, qui a donc ouvert la possibilité de construire sur ce beau pré!

—————————————————————————————————————————————–

REPONSE
Juste une précision: le choix d’une ligne plus restrictive eût en effet empêché la construction de logements mais pas celle de surfaces commerciales, d’entrepôts, de bureaux, etc. Elle eût en revanche interdit la réalisation d’autres projets de logements moins contestables (au Levant par exemple). Non, ce qu’il fallait, c’est rendre cette zone à son affectation agricole initiale, affectation qui avait été modifiée par le maire précédent.
Le problème principal de la constructibilité dans cette zone n’est pas le bruit (même s’il existe, mais à ce compte la moitié de Ferney devrait être détruite…) mais l’anéantissement d’un immense et splendide espace naturel, trésor et fierté de Ferney.

Ces considérations n’engagent que moi.

Alex Décotte

————————————————————————————————————————————–

Une réflexion au sujet de « Paimboeuf et Très-la-Grange »

  1. Vous dites vrai Mr Decotte. Pour quelles raisons avez vous donc vendu votre magnifique champs ou l on pouvait encore admirer les moutons et s y promener tout du long sans risquer la circulation?

Répondre à martins Annuler la réponse.